Héros de Roissy en France

Roissy-en-France pendant les guerres.


La commune pendant les guerres
Guerre de 1870
La guerre de 1870 marqua profondément la commune. Le 8 septembre, les soldats français battant en retraite incendièrent au passage, sur ordre du gouverneur de Paris, les fermes afin que les récoltes ne tombent pas aux mains des Prussiens. Les fermes Boisseau et Tetard furent partiellement détruites mais la population évita la propagation des incendies malgré les interdictions des militaires. À l'approche des troupes ennemies, la plupart des Roisséens fuirent le village emportant tout ce qui était possible sur des charrettes. Le 18 septembre, dix-mille soldats prussiens accompagnés de mille chevaux campèrent dans le village et ses alentours. La moitié des troupes repartirent dès le lendemain, mais l'autre moitié y resta jusqu'au 3 mars 1871. Durant l'occupation, le village fut mis à sac par les cavaliers prussiens; afin de se chauffer durant l'hiver rigoureux de 1870-1871, ils arrachèrent les portes des maisons et brûlèrent le mobilier, la mairie fut également incendiée et les archives détruites. D'après un rapport du maire, monsieur Cabuzet, les dommages se montaient à 1 793 421 francs.
Source : Wikipédia
Guerre 1914-1918
Dès août 1914, des observatoires furent créés, et un poste de défense anti-aérienne installé sur la route de Louvres. En septembre, les Uhlans furent signalés à Senlis ce qui provoqua la panique, le maire reçut l'ordre d'évacuer la population; un convoi de cent-dix personnes quitta ainsi le village le jeudi 3 septembre, laissé à neuf personnes qui choisirent de ne pas le quitter dont le curé, le père Fréauville. Les habitants qui avaient trouvé refuge à Monnerville au sud de la Seine-et-Oise revinrent peu à peu dès le 12 septembre et trouvèrent un spectacle de désolation : les maisons avaient été pillées, les environs saccagés, les arbres coupés, les routes jonchés de détritus. Le village est occupé par les troupes du 143° et 144° régiment d'infanterie. L'église jonchée de paille devait servir d'hôpital de campagne. En octobre, le général Gallieni établi son poste de commandement dans la propriété de madame Gonnet. En 1915 et 1916, soixante-dix Roisséens étaient mobilisés. 
À la suite de l'offensive allemande du printemps 1918, un terrain agricole au nord du village, en bordure de la nationale No 2 fut construit le premier aérodrome. La première escadre de Combat s'y installait. Elle allait soutenir activement l'armée du Général Mangin dont le succès sur le front de Villers-Cotterêts allait marquer le début de la contre-offensive. Il disparut dès l'offensive franco-américaine de juillet-août 1918. Un détachement fut alors abrité à proximité dans des hangars.
Source : Wikipédia
Unités militaires 
Souvenirs de Guerre - Général PALAT - Septembre 1914  Gallica Archives de la Grande Guerre  
Campement 249e RI Novembre 1916 Gallica Journal 249e RI  
Campement 2e bataillon territorial de Chasseurs Alpins en Novembre 1918  Gallica 2e BCA
Le 25e Régiment de Dragons cantonne à Roissy - 24 Novembre 1918 Gallica 25e RD
Guerre 1939-1945
En juin 1940, les Roisséens endurèrent un nouvel exode. Après huit jours de route, ceux qui allèrent le plus loin ne dépassèrent pas Montargis. Rattrapés, voire dépassés par les convois de l’armée allemande qui se déplaçaient plus vite qu'eux, ils prirent la sage décision de revenir au village. 
De 1940 à 1944, Roissy vécut la situation de la France occupée. Le village fut libéré le mercredi 30 août 1944 par les troupes américaines. Plusieurs écrits, documents photographiques ou témoignages de Roisséens relatent la libération de Roissy-en-France par l'armée américaine ainsi que les jours qui ont précédé cet évènement historique. 
Source : Wikipédia